Plus de 8000 livres audio gratuits !


Rendre accessibles à tous les joies de la littérature : tel est le but de ce site internet, créé au sein de l'association Des Livres à Lire et à Entendre.

Nos livres audio sont gratuits et téléchargeables au format mp3 pour que vous puissiez les écouter partout, par exemple sur votre baladeur numérique.

Pensez à remercier les donneurs de voix, qui sont bénévoles, et n'hésitez pas à écrire un petit mot sur notre livre d'or ! Bonne visite à tous.


Du mal à choisir ? Consultez nos classements !


Afin de vous aider à choisir des livres audio dans notre vaste bibliothèque, retrouvez ici (à titre indicatif) les liens vers nos différents classements :

- Nos livres audio par donneur/donneuse de voix
- Nos livres audio les plus appréciés
- Nos livres audio les plus vus


À Découvrir :
BARBEY D’AUREVILLY, Jules – Les Prophètes du passé (Introduction)

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 35min | Genre : Philosophie


Les Prophètes du passé

En 1851 paraissent simultanément et étonnent la critique Une vieille maîtresse, roman de mœurs aux pages sensuelles et passionnées, et Les Prophètes du passé, pamphlet catholique et monarchiste dont nous vous proposons l’Introduction dans laquelle Barbey d’Aurevilly, familier des philosophes, expose sa vision des temps modernes. Jugé très différemment, « duc de Guise des lettres françaises » et « scélérat plein de talent » (Lamartine), « formidable imbécile », à en croire Victor Hugo, « le seul artiste, au sens pur du mot, que produisit le catholicisme de son temps » selon Huysmans, il se montre dans cette préface très anti-luthérien, anti-cartésien, anti-socialiste, mais l’exposé de « sa » philosophie a le mérite d’être clair pour tout lecteur.

« Quelles que soient les prétentions de la Philosophie et la force relative des systèmes qu’elle a produits par la tête de ses plus illustres penseurs, elle n’est au fond, quand on y regarde, qu’un grand essai de méthode incessamment repris par l’intelligence humaine pour arriver à la Vérité. Pressez en effet et tordez cette notion de philosophie et vous verrez s’il en sortira jamais rien de plus sous une forme ou sous une autre qu’une pensée de méthode, un moyen d’investigation supérieure, une tentative de haute stratégie intellectuelle. »

« Il s’est rencontré deux espèces de Philosophie, la philosophie qui part de la conception de Dieu pour arriver à l’homme et aux Sociétés, et la philosophie qui ne veut partir que de la connaissance de l’homme pour s’élever à la notion supérieure de Dieu et des lois, conséquences de son être ; la philosophie enfin qui éclaire les obscurités du Fini par les clartés intelligibles de l’Infini, et celle qui, par des raisonnements auxquels il manque toujours des termes, croit pouvoir expliquer le Créateur par la créature. »

Les Prophètes du passé (Introduction).

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 6 865 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

À Découvrir :
COMBE, T. – Laquelle des trois ?

Donneuse de voix : Esperiidae | Durée : 1h 9min | Genre : Nouvelles


Laquelle des trois ?

T. Combe est le pseudonyme d’Adèle Huguenin-Vuillemin. Née au Locle, en Suisse, en 1856, dans une famille d’horlogers, elle fut institutrice à 16 ans. C’est pour compléter son revenu qu’elle se mettra à écrire à 21 ans, avec succès. Elle séjournera à Londres puis à Paris. Revenue en Suisse, elle sera une écrivaine et conférencière renommée, chrétienne, féministe, militante contre l’alcoolisme. Elle adhérera, à 57 ans, au parti socialiste (favorable au suffrage féminin). Elle décède dans sa maison des Brenets à 77 ans en 1933.

Son recueil de nouvelles Chez nous, nouvelles jurassiennes, publié en 1890, restitue avec justesse l’ambiance paysanne des hauts du Jura neuchâtelois à la fin du XIXe siècle. Nous vous proposons de découvrir l’écriture agréable et typique de T. Combe à travers Laquelle des trois ?. Comment Caroline, Jenny et Mica, peuvent-elles continuer « seules » à exploiter la ferme de Jean Verdan, leur père décédé ? Abdias-Sédécias-Tobie Muller, le domestique, leur propose une solution…

Laquelle des trois ?.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 4 228 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

LA BRÈTE, Jean (de) – L’esprit souffle où il veut

Donneuse de voix : Cocotte | Durée : 5h 20min | Genre : Romans


L'esprit souffle où il veut

« Le baron de Sarzac, après avoir dilapidé un riche patrimoine, occupait chez un banquier une position lucrative. Malheureusement, la conduite indélicate de M. de Sarzac l’oblige à quitter Bordeaux et à s’établir à Paris. Il y commença une existence problématique dont le fond touche au déshonneur.
La baronne de Sarzac était une femme charmante et séduisante, mais très dépensière et peu honnête. Les deux époux se séparèrent et Aliette resta avec sa mère.
Les minces revenus de madame de Sarzac étant pour elle la misère, elle songea à exploiter la magnifique voix de sa fille. Le succès réalisa toutes ses espérances. »

Illustration : Thomas Eakins, The Concert Singer (1890-1892).

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 710 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

GABORIAU, Émile – Les Comédiennes adorées : Sophie Arnoult

Donneuse de voix : Cocotte | Durée : 1h 57min | Genre : Biographies


Sophie Arnould

Belle, gracieuse, charmante à rendre jalouse la marquise de Pompadour, spirituelle, sceptique, fastueuse et prodigue, enfin, comédienne de génie, telle fut Sophie Arnoult.

De son époque, elle a toutes les séductions et toutes les licences, les désordres, les grâces, les élégances, les corruptions, les attraits, les audaces. Elle est l’expression la plus complète et la plus vraie de la seconde moitié du dix-huitième siècle, si changeant et si divers.

Illustration : Sophie Arnoult, par Jean-Baptiste Greuze (ca. 1773).

> Écouter un extrait : Préface.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 764 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

PICHON, Jean-Charles – Un homme en creux

Donneuse de voix : Alice Lym | Durée : 14h 18min | Genre : Contemporains


Un homme en creux

Jean-Charles Pichon a troublé toute une génération de critiques littéraires. Romancier de talent, précurseur du nouveau roman, reporter détective de l’affaire Dominici et d’autres, non moins célèbres, dont il dévoile ici les secrets, collaborant tout à la fois aux revues les plus fermés et aux journaux à grand tirage (Le Parisien libéré, Les Lettres françaises), avant d’être scénariste à la fois de Franju, de Mocky et d’Oury, Jean-Charles Pichon il a rebuté toute classification.
Il est maintenant connu pour ses les ouvrages ésotériques rédigés dans « la deuxième partie de sa vie » : L’Homme et les Dieux, Les Cycles du retour éternel, Celui qui naît, Les Trente Années à venir révélées par l’histoire cyclique. Comment le romancier des années 50 est-il devenu ce mythologue passionné ? Avec la scandaleuse et inquiétante franchise du menteur repenti, l’auteur de répondre ici clairement à cette question.
Se fondant sur ses journaux intimes, par méfiance justifiée de ses propres souvenirs, il ne cache aucune des influences qu’il a subies et des rencontres qu’il a pu faire, de Gide à Beckett, de Camus à Barthes ; de sorte que le récit de sa conversion recouvre l’histoire d’une grande décennie littéraire (1946-1956) . Mais, subtil et naïf, impulsif et prudent, il ne cache pas non plus aucune de ses outrances, de ses faiblesses, de sorte que sa confession, aussi, porte témoignage d’un homme sur les hommes.
Et quand l’autocritique débouche sur le mémorial d’un couple déchiré, sur sa lente agonie, le drame éclaire encore le cheminement d’une pensée qui se révèle aujourd’hui l’une des plus originales et des plus rigoureuses de ce temps.

(Note de la lectrice : certains passages raviront les lecteurs de journaux intimes ; d’autres s’adresseront plutôt aux « natures philosophiques».)

Avec l’aimable autorisation des ayants-droits de M. Pichon.

> Écouter un extrait : Partie 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 987 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BEAUME, Georges – Michel-Ange

Donneuse de voix : Cocotte | Durée : 5h 10min | Genre : Arts


Le Jugement Dernier

Michel-Ange, né le 6 mars 1475 à Caprese et mort le 18 février 1564, à Rome est un sculpteur, peintre, architecte et urbaniste florentin.

Ses œuvres les plus connues, David, La Pieta, Moïse, le plafond de la Chapelle Sixtine, le dôme de Saint-Pierre de Rome, sont universellement considérées comme des chefs-d’œuvre de la Renaissance.

Illustration : Michel-Ange, Plafond de la chapelle Sixtine, Le Jugement Dernier (1536-1541).

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 916 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BLUM, Léon – Souvenirs sur l’Affaire

Donneur de voix : Christian Dousset | Durée : 4h 8min | Genre : Essais


J'accuse - Émile Zola

« En écrivant ces souvenirs, je n’ai pas nourri d’autre dessein que d’évoquer la cas humain, celui qui était si beau, celui qui pouvait toucher indistinctement tous les hommes. J’ai cédé surtout à l’envie de restituer, de communiquer, avant qu’il fût devenu tout à fait inintelligible, un état d’esprit et de passion qui fut le mien, qui fut celui des quelques générations qui ont encadré la mienne. » Léon Blum

Plus de trente années séparent l’Affaire Dreyfus de ce recueil de souvenirs écrit en 1935 par Léon Blum ; si la mise en perspective de l’événement et de son vécu passionné amènent l’auteur à une évocation précise des faits, le questionnement et la réflexion qui clôturent le texte ne laissent pas de nous interpeller sur la société française d’alors, mais pas seulement…

Illustration : Émile Zola à la une de L’Aurore.

> Écouter un extrait : Chapitre 00.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 042 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

HAN-SHAN – Aujourd’hui, je suis assis devant une falaise

Donneur de voix : Ahikar | Durée : 3min | Genre : Poésie


Han-shan et Shi-de

Han-shan 寒山 est un poète chinois qui vécut au VIIe siècle. Son identité est incertaine, mais la thèse très solide de Wu Chi-Yu donne à penser qu’il s’agirait de Chih-yen (577-654), un militaire haut gradé de l’armée de Li Shi-min, fondateur de la dynastie Tang, devenu bonze. Son argumentation est très solide, et, après tout, il n’est écrit nulle part que « trouver la Voie » est réservé à certains plutôt qu’à d’autres !
Esprit libre comme Rabelais, affranchi de tout dogme, il aime à citer quelques grandes figures du passé comme Laozi (Lao-tseu), Zhuangzi (Tchouang-tseu) ou encore Xie Lingyun, tout en n’appartenant à aucune école, même si certaines essaieront de le récupérer. Un Han-shan II (fin du VIIIe siècle, début du IXe siècle) tentera même de l’imiter.

La légende nous dit que ses poèmes ont été collectés sur des arbres, des bambous, des rochers et même sur les murs du monastère de Guoqing (Kuo-ch’ing) où il les écrivait.

Concernant ce poème, le paysage est pensée. Chez Han-shan, comme le dit avec justesse Jacques Pimpaneau, l’objectif et le subjectif ne font plus qu’un, il y a une union du moi et de l’univers. Ainsi la lumière de la lune brillante qui ondoie sur les flots est-elle aussi la perle contenue dans son esprit. Han-shan utilise pour cela des sinogrammes à double sens, ce qui rend sa poésie particulièrement difficile à traduire. Han-shan a, cependant, merveilleusement réussi à ce que le sens caché ou profond ne soit jamais une entrave à la lecture de ses poèmes. Caché et apparent fusionnent pour le plus grand plaisir du lecteur !

Pour une meilleure appréhension du poème, je vous conseille vivement la lecture des quelques commentaires ou pistes de réflexion joints au fichier PDF de la traduction.

Traduction et commentaires : Ahikar.

Avec tous mes remerciements à Michel Lai pour la version originale.

Illustration : Han-shan et Shi-de, Stèle gravée par Tang Renzhai entre 1875 et 1908 (Temple de Han-shan à Suzhou).


Aujourd’hui, je suis assis devant une falaise.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 381 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

HOMMAGE à René Depasse

Donneur de voix : René Depasse (lien vers ses + de 3900 lectures !)


René Depasse

« René Depasse, et Victoria, étaient les piliers de littérature audio. Sans eux, le site n’aurait sans doute pas connu un si rapide succès. J’adorais l’une, j’admirais l’autre. Victoria et René, c’étaient la qualité assurée d’une lecture parfaite. Bien sûr, les centaines de lectures de René demeurent, et charmeront encore bien des audio-lecteurs, même s’il ne faisait pas l’unanimité. L’originalité est souvent à ce prix.
Mes condoléances à sa famille. » (Pomme Arnaudon)

« Merci René d’avoir autant contribué à l’aspect familial et convivial de ce site collaboratif, dès ses débuts en 2007. Vous étiez un personnage, un vrai passionné de lettres, amoureux des beaux textes et de la lecture à voix haute, qui avez su mettre votre passion au service de nombreuses personnes au travers d’internet : beaucoup d’anonymes de toutes nationalités qui ont écouté votre voix au fil d’une visite, et beaucoup d’autres encore qui vous laissaient des commentaires que vous appréciez souvent. Merci au nom de ma grand-mère qui vous a entendu lire Musset, un de ses auteurs favoris, et merci surtout pour votre présence que vous nous laissez sur internet, au travers d’innombrables heures de lectures qui demeurent pour notre plus grand plaisir. Merci immense à Carole et Christine qui ont rendu vos contributions possibles, par leur aide technique et leur soutien inlassables, parfois quotidiens. Et des pensées particulières à Fabrice, Chantal et toute la famille de René, à laquelle toute l’équipe du site témoigne son soutien et son affection. » (Augustin)

« Monsieur Depasse nous laisse un legs inestimable : celui de sa voix. Une voix comme une eau vive qui nous emporte dans les paysages littéraires les plus variés, tour à tour paresseuse et emportée, légère et grave, suave et ironique. Une voix où éclatent l’intelligence, l’humanisme, et cette sorte de sagesse qu’on devine toujours prête à sourire. Une voix complice, qui ne s’éteindra jamais vraiment.  Une voix amie. » (Pauline Pucciano)

« Quelle magnifique personne que notre René, un des maîtres de Littératureaudio ! Il était aussi érudit, bienveillant, brillant interprète des plus grands auteurs,  plein d’humour, que modeste et ouvert aux autres. Il nous laisse ses lectures, qui sont parmi les plus belles de Littératureaudio. Nous ne l’oublierons jamais. » (Cocotte)

« Beaucoup de tristesse, beaucoup d’émotion.  René Depasse a œuvré pour notre site avec générosité, constance, une variété de textes judicieusement choisis, enrichissant notre bibliothèque, et toujours entretenant un tact relationnel. Merci à lui.  Condoléances très peinées et sincères à ses proches. » (Christiane-Jehanne)

« René fait partie des voix qui m’ont donné envie de devenir « donneur de voix ». Un grand merci René. » (Florent)

« Merci René, pour toutes ces heures d’évasion passées en votre compagnie. C’est en découvrant en 2010 votre lecture de La Fille du Capitaine et de L’Épouvante que j’avais été attiré vers Littérature Audio.  J’ai toujours été impressionné par votre grande érudition, et charmé par votre gentillesse mises au service de la diffusion de la culture. Vous resterez présent dans nos cœurs. » (Vincent de l’Épine)

« Ce qui m’a le plus frappée chez René Depasse lors d’une rencontre entre DDV, en 2011 (me semble-t-il), c’est une grande courtoisie, beaucoup de gentillesse et d’amabilité. De belles qualités à ajouter à sa large contribution au succès de Litteratureaudio… Mes sincères condoléances à sa famille. » (Bruissement)

« Je garde le souvenir d’une profusion de découvertes de textes hauts en couleurs présentés de façon toujours très savoureuse dans les billets de René Depasse, et lus avec délectation par lui-même. Nous retournerons à l’atelier des donneurs de voix en gardant le souvenir de son exemple d’imagination, de persévérance et de fidélité à la littérature. C’était une locomotive pour tous, merci Mr Depasse ! » (Ludovic Coudert)

« Merci, cher René, pour votre talent et votre engagement.
Je pense à tous ceux qui ont découvert la littérature grâce à votre voix et aux nombreux élèves que vous avez aidés quand ils éprouvaient des difficultés à lire. Merci. » (Domi)

« Un ami vient de nous quitter. Son œuvre de partage bénévole gigantesque au sein de notre association restera vivante à jamais. » (Alain Degandt)

« Vous m’avez fait frémir pour les mains d’Orlac, pleurer sur les malheurs de la Pocharde et le destin des Désenchantées, réfléchir sur l’esprit des lois avec Machiavel et Montesquieu, rire tout en Ribouldinguant, rougir des aventures légères de Casanova, surveiller le Vésuve lors des derniers jours de Pompéi. Vous m’avez fait connaître Raskolnikov et Salammbô. Grâce à vous, je sais désormais ce que c’est qu’un amphisbène. Et je rêve, encore et toujours, du parfum des îles Borromée…
Mais, au delà de toutes ces découvertes littéraires, et de toutes les autres qui me restent encore à écouter, ce que je retiens de vous, cher René, ce sont tous nos échanges au quotidien sur notre site préféré, dans lesquels votre gentillesse, votre courtoisie, votre enthousiasme, votre humour toujours respectueux, votre exigence aussi (ah ! vous pouvez dire que vous m’avez fait travailler !!!) étaient toujours au rendez-vous. Merci pour tout. » (Christine Sétrin)

« Hommage à notre vétéran, sévère et passionné, à qui bien des auteurs oubliés doivent une nouvelle vie grâce au numérique. C’est l’écoute de sa voix inimitable dans un roman de Barbey d’Aurevilly, voici une dizaine d’années, qui m’a donné l’envie de rejoindre l’équipe… » (Gustave)

« Merci Monsieur Depasse pour votre ténacité et votre dévouement. Je me souviens encore de la première fois où j’ai entendu un de vos enregistrements, votre style  au léger goût suranné mais si enthousiaste et si juste, vos voix inoubliables. Merci de m’avoir fait découvrir de nombreux auteurs que je ne connaissais pas, de m’avoir accompagnée et inspirée. » (Christine Treille)

« J’avais découvert la voix de René Depasse en 2009 par sa très belle lecture de la Batrachomyomachie, célèbre poème grec ancien qui nous contait le combat des grenouilles et des rats. Je choisis de lui rendre hommage par ses quelques vers du Hávamál :

Meurent les biens,
Meurent les parents,
Et toi, tu mourras de même ;
Mais la réputation
Ne meure jamais,
Celle que bonne l’on s’est acquise.

Longue vie à toutes ses lectures ! » (Ahikar)

« Grand merci à vous, cher René Depasse, d’avoir fait montre si longtemps de courage et de persévérance. Nous vous savons gré d’avoir enregistré des centaines de chefs-d’oeuvre, mais aussi des auteurs moins connus. Merci aussi d’avoir superbement ignoré ceux et celles qui avaient l’outrecuidance d’oser vous critiquer.
Nous nous associons à la douleur de vos proches. » (André Rannou)

« Je découvre avec une immense peine la triste nouvelle de la disparition de René Depasse. La grande famille de Littératureaudio.com est en deuil. » (Alice Lym)

« La voix de René, elle, reste avec nous, à travers les centaines (milliers ?) de textes qu’il a enregistrés pour Littératureaudio.com. C’était quelqu’un d’une grande générosité, d’une grande humilité et très sympathique. J’ai collaboré avec lui sur quelques projets et j’ai eu la chance de pouvoir parler avec lui au téléphone il y a quelques mois. Je n’aurai pas la chance de le rencontrer en vrai mais je garderai un beau souvenir de lui. » (Plume)

« Je salue la mémoire de René, qui fut, avec Victoria, l’un des premiers donneurs de voix que j’écoutais en redécouvrant Oliver Twist. C’était en 2009. Au fil des années, nous avons échangé des moments de complicité dont l’humour et la gaieté resteront vivaces dans ma mémoire. Chaque caprice d’un micro, d’Audacity ou du serveur était l’occasion d’un échange, souvent spirituel, parfois hilarant, j’aimais l’entendre. Il me racontait des tranches de vie incroyables, tout aussi incroyables que le nombre de ses contributions, incroyables… mais vraies. Je crois qu’il vivait intensément, démesurément ses passions… Du moins est-ce l’impression qu’il m’en donnait.
Toutes mes condoléances à sa famille, à ses proches, à ses audiolecteurs. Une pensée particulière pour Chantal, avec qui j’avais eu l’occasion d’échanger il y a quelques mois, et pour son fils Fabrice. Je suis heureuse que sa voix nous reste, et avec elle, un peu de cet élan passionné pour  la littérature et la vie. » (Carole Bassani-Adibzadeh)

♦♦♦

« Quand j’étais professeur de lettres classiques, je commençais chaque cours de français par la lecture d’un poème ou d’un texte court de 5 à 6 minutes. La retraite m’a privé de ce plaisir altruiste, mais grâce à Littératureaudio j’ai pu renouer avec cette joie intellectuelle de partager avec des milliers d’auditeurs la connaissance de chefs-d’œuvre et de découvrir des auteurs que le prof n’enseignait pas ! Et je n’avais jamais, dans ma carrière, reçu de remerciements de Russie, du Canada ni de Roumanie !! De plus, je suis heureux de permettre à un étudiant chinois ou marocain d’améliorer sa connaissance du français. Voilà pourquoi vous m’entendez tant. Le doyen de ce site écrit ces lignes en regardant couler la Seine parisienne. (Excusez-moi de finir ce billet comme les Mémoires d’outre-tombe !) »

Depuis ce message de présentation écrit en février 2009, René Depasse n’a jamais cessé d’enrichir Littératureaudio de nouvelles lectures (au total 3973 !), servant avec la même passion les écrivains célèbres et les moins connus. Sa voix restera, pour la plupart d’entre nous, celle de tous ces auteurs et leurs personnages. De Voltaire à Flaubert, de Maupassant à Dostoïevski, de Casanova à Vidocq, de Sherlock Holmes à Arsène Lupin, de Steinmann à Chauvelier, (re)découvrons les enregistrements de René : c’est le meilleur hommage que nous puissions lui rendre !

Page vue 1 885 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

CONAN DOYLE, Arthur – Les Réfugiés

Donneuse de voix : Cocotte | Durée : 7h 22min | Genre : Romans


Les Réfugiés

« Fatigué pourtant d’inventer des sujets, je m’attelai à une œuvre qui, ne fut-elle pas aussi rémunératrice, aurait, littérairement, des visées plus hautes. Je me sentais une vive inclination pour le siècle de Louis XIV et pour ses Huguenots. Je connaissais bien les mémoires du temps et j’avais quantité de notes déjà prêtes. J’écrivis donc rapidement Les Réfugiés. Ce roman a bravé l’action corrosive des années. J’ai donc le droit de prétendre qu’il fut une réussite. » (Arthur Conan Doyle, Ma vie aventureuse.)

Traduction: Géo Adam (XIX-XX)

Illustration : Thure de Thulstrup, The Refugees (1893).

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 778 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

Tous Nos Livres Audio Gratuits :